Growth Hacking – Le guide complet

Ce guide contient tout ce que vous devez savoir sur le Growth Hacking :

  • Comment ça marche ?
  • À quoi ça sert ?
  • Des exemples concrets
  • Des ressources pour se former

Qu’est-ce que le Growth Hacking ? 

Le Growth Hacking (ou Growth Marketing) est une discipline qui permet de développer rapidement la croissance d’une entreprise avec des méthodes peu conventionnelles. 

Si l’on traduit en français : 

  • Growth = croissance 
  • Hacking  = piratage 
  • Growth Hacking = piratage de croissance

Un Growth Hacker est constamment à la recherche de techniques intelligentes, de « hacks », lui permettant de booster la croissance de son entreprise.

Pour beaucoup, le Growth Hacking est avant tout un état d’esprit, une façon de penser.

Les avantages du Growth Hacking

Oui, le Growth Hacking permet de développer la croissance d’une entreprise, mais c’est aussi le cas du marketing de manière générale.

Alors pourquoi privilégier le Growth Hacking ?

Voici 4 bonnes raisons :

  1. Peu coûteux : certains growth hacks coûtent littéralement 0€ à mettre en place
  2. Rapide : la hausse de croissance peut être très rapide
  3. Scalable : l’augmentation du nombre d’utilisateurs n’augmentera pas forcément le coût d’acquisition
  4. Profitable : les résultats sont souvent très performants et le retour sur investissement très bon

Concrètement, que fait un Growth Hacker ?

Pour développer la croissance d’une entreprise, il faut par exemple qu’il augmente le nombre d’utilisateurs d’un site web ou le nombre de ventes sur un site e-commerce. 

Il va alors réfléchir aux meilleures techniques pour atteindre ses objectifs.

Prenons un exemple :

Vous avez une business qui cible les freelances.

Comment faire connaître votre solution auprès d’eux ?

Un Growth Hacker pourra par exemple :

  • faire une recherche avancée sur LinkedIn pour trouver des freelances et automatiser un message personnalisé avec un lien vers votre site
  • scraper des annuaires qui référencent des auto-entrepreneurs, c’est-à-dire automatiser la récupération de données et leur envoyer un e-mail
  • chercher des groupes de freelances sur Facebook et automatiser l’envoi de message privé
  • etc.

Pour cela, il va utiliser des outils d’automatisation ou coder ses propres scripts.

Mais cette étape d’acquisition ne suffit pas à développer son nombre d’utilisateurs. Un Growth Hacker pourra par exemple se charger de :

  1. Créer une landing page qui met en avant votre service/produit
  2. Optimiser l’UX et l’UI pour maximiser le taux de conversion
  3. Capturer les leads avec un formulaire d’inscription
  4. Récupérer la data de cette campagne pour analyser les résultats
competences growth hacker
Les compétences techniques, informatiques, stratégiques et marketing du Growth Hacker. Source : Growth Tribe

Comprendre le framework AAARRR

On ne peut pas parler de Growth Hacking sans évoquer le framework AAARRR (aussi appelé Pirate Funnel), une structure de base utilisée par un bon nombre de Growth Hacker.

Voici de quoi il est composé :

Awareness : amener des visiteurs à consulter mon site et prendre connaissance de ma marque

Acquisition : apporter de la valeur à mes visiteurs pour les inciter à s’inscrire sur mon site

Activation : proposer une bonne première expérience aux visiteurs sur mon site afin qu’ils effectuent une action significative (installer mon application, utiliser un code promo, laisser un commentaire, etc)

Retention : faire en sorte que mes utilisateurs reviennent sur mon site car ils aiment mon service

Referral : inciter mes utilisateurs à partager mon site avec d’autres personnes

Revenue : gagner de l’argent avec mon service en définissant un business model et un pricing, et faire en sorte que mes utilisateurs apprécient suffisamment mon service pour le payer

Il faut voir cette structure comme un entonnoir :

aaarrr framework growth hacking

Dans un cas concret, cela pourrait donner : 

  • 1000 visiteurs se rendent sur mon site
  • 400 s’inscrivent
  • 350 effectuent une action importante
  • 300 sont fidélisés et reviennent sur mon site
  • 250 achètent un produit
  • 50 en parlent autour d’eux

Le framework AAARRR démontre bien que le Growth Hacker dispose d’une vision complète sur le business. 

La différence entre Growth Hacking et Marketing

Le Growth Hacking, c’est en quelque sorte un Marketing 2.0, plus poussé et plus complet. 

Si l’on reprend le framework AAARRR, on voit que le Marketing s’arrête généralement à l’acquisition et ne va pas plus loin. 

Un Growth Hacker va mener des tests et chercher la meilleure méthode en se basant sur des données.

Généralement, il aura un profil un peu plus technique qu’un Marketeur. 

Il sera également plus impliqué dans le développement du produit.

C’est d’ailleurs pour cela que les Growth Hackers sont autant recherchés dans les startups. 

Mais je pense qu’il ne faut pas mettre le Marketing d’un côté et le Growth Hacking de l’autre. Le Growth Hacker fait du Marketing et le Marketeur peut très bien faire du Growth Hacking. 

On parle parfois de Growth Marketing, c’est un bon compromis et un terme parfois mieux compris.

Quelques exemples où le Growth Hacking a fait ses preuves

Il existe plusieurs growth hacks connus qui ont participé à l’immense succès de certaines startups.

Hotmail et sa déclaration d’amour

hotmail growth hacking
Source : Grow with Ward

Probablement le growth hack le plus connu. Dans les années 90, quand Hotmail n’arrivait pas à augmenter son nombre d’utilisateurs, ils ont ajouté une phrase par défaut à la fin de chaque e-mail :  « PS : I love you. Get your free email at Hotmail. » (PS : je vous aime. Obtenez votre adresse email gratuitement chez Hotmail).

Cette idée pourtant simple a permis à l’entreprise d’atteindre 1 million d’utilisateurs en quelques mois. Apple a ensuite repris cette technique avec le fameux « envoyé de mon iPhone ». 

Airbnb spamme Craiglist

airbnb growth hacking

Pour acquérir plus d’utilisateurs, Airbnb a fait appel à ses développeurs afin que les hôtes puissent, depuis le site, publier leurs annonces sur Craiglist, le LeBonCoin américain. Ils ont alors reçu du trafic en masse de la part de Craigslist.

La générosité de Dropbox

dropbox growth hacking

Dropbox a utilisé une technique simple mais très efficace : un programme de parrainage qui offrait 500 MB d’espace de stockage gratuit à chaque personne qui faisait inscrire un ami sur la plateforme. L’avantage, c’est que ça ne coûtait presque rien à Dropbox mais ça apportait énormément de valeur à l’utilisateur.

Spendesk s’incruste dans la série Mr. Robot

spendesk growth hacking

Celui-là est moins connu mais c’est une startup française et il est plutôt cool. Dans le cadre d’une campagne de recrutement, Spendesk a utilisé les sous-titres de plusieurs séries dont Mr. Robot pour intégrer leur nom de marque pendant quelques secondes. Les sous-titres ont ensuite été téléchargés par les internautes (après avoir téléchargé illégalement la série).

Cette technique aurait généré 100 000 vues en 3 mois sur la plateforme de streaming Popcorn Time. 

Les compétences du Growth Hacker

Le spectre de compétences d’un Growth Hacker est très large et varie en fonction des profils :

Le référencement naturel (SEO) : être capable de savoir référencer un site correctement pour bien se positionner sur les moteurs de recherche

Le référencement payant et le social ads : pouvoir créer et lancer des campagnes sur Google Ads/Facebook Ads

Le développement web : un Growth Hacker ne sait pas toujours nécessairement coder (grâce à de nombreux outils facilitant la tâche). Mais c’est tout de même un gros plus qui permet d’être plus flexible et d’aller plus loin. Le code permet de créer des sites ou des landing pages et de réaliser des scripts pour faire de l’automatisation.

L’analyse de la data : la donnée est très importante en Growth Hacking, que ce soit pour analyser le trafic d’un site ou le taux de clics d’une campagne. 

Les médias sociaux : être à l’aise avec les réseaux sociaux, les utiliser régulièrement en tant que canal d’acquisition ou pour construire une communauté

L’emailing : pouvoir créer et lancer une campagne emailing

La rédaction web : être à l’aise avec les mots et l’écriture

Le design : être capable de designer une page web ou un post Facebook

En plus des compétences techniques, un Growth Hacker se doit d’être :

  • créatif
  • ambitieux
  • analytique
  • audacieux

Comment devenir Growth Hacker ? 

Il n’y a pas vraiment de parcours type, vous pouvez parfaitement apprendre en autodidacte (voir la partie ressources en fin d’article).

Si vous êtes dans les études, vous pouvez suivre un cursus en Webmarketing pour effectuer un stage ou une alternance en Growth Hacking.

Avant de postuler dans une entreprise, je vous recommande de lire cet article d’une agence de Growth Hacking qui explique son process de recrutement et partage un exemple de test d’entretien d’embauche.

Combien gagne un Growth Hacker ?

Le salaire d’un Growth Hacker est très variable, mais c’est un métier qui peut être rémunérateur selon le profil et l’expérience.

Un junior gagne en moyenne 35 000€ par an, un sénior entre 45 000€ et 50 000€ et jusqu’à plus de 65 000€ pour un profil « expert ».

En fonction des objectifs atteints, les entreprises peuvent proposer des primes variables en plus du salaire fixe.

Les Growth Hackers en freelance sur Paris peuvent facturer entre 300€ et 600€ par jour.

Les ressources pour se former au Growth Hacking

Sites et forums : 

Vidéos : 

Les Outils du Growth Hacker, par Julien Le Coupanec :

Conférence par Grégoire Gambatto, co-fondateur de l’agence de Growth Hacking Germinal, au SEO Campus

Podcasts :

Growth makers : 🇫🇷 Excellent podcast sur le Growth

Les Growth Hackers à suivre de près

Quelques Growth Hackers francophones à suivre sur Twitter

  • Camille Besse (@camillebesse) : Fondateur du forum growthhacking.fr et de Fifty.one
  • Brice Maurin (@b_maurin) : Fondateur de l’agence deux io
  • Jérémy Goillot (@jGoillot) : Head of Growth chez Spendesk
  • Julien Le Coupanec (@LeCoupa) : Ex Growth Hacker chez The Family
  • Guillaume Cabane (@guillaumecabane) : Growth Advisor

Et vous, qu’elle est votre définition du Growth Hacking ?